De briques et de sang de Hautière et François

Je finis de vous raconter mon marathon bd avec celle-ci qui m’a aussi fait découvrir de nouvelles choses (je ne sais pas pourquoi la bd m’emporte très facilement vers de nouveaux univers et me dépayse très facilement par la variété des histoires et des styles graphiques qui sont proposés).

L’histoire se passe au Familistère de Guise. Je ne connaissais pas mais je vous conseille de lire l’histoire et la manière de fonctionner de cette utopie créée par Jean-Baptiste André Godin, totalement différente du paternalisme en vogue à l’époque.

On est en 1914. Le Familistère doit faire face à une vague de meurtres. Dans cet univers d’entraide, de solidarité, cela fait scandale mais surtout cela donne l’impression que l’extérieur est entré dans ce havre de paix. C’est d’ailleurs pour cela que le premier suspect sera quelqu’un d’extérieur car il est plus facile de penser que c’est lui. Pourtant deux personnes ne se laissent pas berner : une jeune habitante et un journaliste. Il découvre alors un secret bien enfoui dans les fondations du familistère.

L’histoire est parfaite car elle donne à découvrir le Familistère (j’ai du coup beaucoup aimé les décors très précis des auteurs), elle est dans le ton. On est imprégné de l’époque (en tout cas ce que j’en imagine) : il y a un air de Maigret, Agatha Christie, Rouletabille. Les dessins et les couleurs contribuent à nous mettre dans cette ambiance. Les personnages ont des moustaches, sont tous bruns, ont tous des manteaux marron, comme on le voit dans certains films. Les couleurs sont très sombres comme si l’approche de la guerre avait refroidi l’atmosphère.

Je n’ai pas rendu justice à cette bd en vous livrant juste mes impressions de lecture mais je vous la conseille vraiment (d’ailleurs je l’ai mise dans ma future liste d’achat c’est pour dire)(parce que c’est un emprunt de la bibliothèque).

Références

De Briques et de Sang de Régis HAUTIÈRE (scenario) et David FRANÇOIS (dessins et couleurs) (KSTR, 2010)

5 réflexions au sujet de « De briques et de sang de Hautière et François »

    1. J’en ai lu que 8 mais comme il y en avait 6 que j’ai empruntées à la bibliothèque je voulais faire un billet pour pouvoir au moins me rappeler des titres si j’ai à les réemprunter. Tu savais qu’il y avait aussi un Familistère à Bruxelles même si aujourd’hui il est reconverti. Je me suis dit que j’irais le voir la prochaine fois que je viendrais là bas.

  1. s’il s’agit du familistère de laeken, il est en rénovation pour en faire des logements sociaux, mais je ne pense pas que cela se visitera comme un musée

    ce principe a aussi été utilisé au site du Grand Hornu, désormais transformé en musée des arts contemporains – c’était également un lieu où le patron avait créé une sorte de communauté pour ses ouvriers – assez paternaliste mais malgré tout, ils étaient mieux logés que d’autres

    1. C’est le familistère de Laeken en effet. Peut être qu’il y aura un panneau devant le bâtiment comme à Paris pour savoir de quoi il s’agissait avant. Je trouvais que l’idée de Godin était tout de même moins paternaliste que les idées de Meunier, Michelin … mais comme tu dis ils étaient tout de même mieux loger que d’autres. Je ne sais jamais trop quoi en penser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.