Un petit roman lumpen de Roberto Bolaño

C’est le premier roman que je lis de Roberto Bolaño et pourtant, il s’agit ici du dernier roman publié du vivant de l’auteur. J’ai choisi ce livre, sûrement peu représentatif du style de Bolaño (c’est ce que j’ai cru comprendre de ce que j’ai lu), en me disant que cela pouvait être un bon moyen de ne pas me décourager pour rentrer dans l’œuvre de cet auteur.

Ce roman est donc court, moins de 100 pages et raconte l’histoire d’une fille, Bianca, qui vient de perdre ses parents subitement dans un accident de voiture. Elle se retrouve seule avec son frère. Ils abandonnent le lycée par nécessité après avoir essayé de s’accrocher. Elle trouve un travail dans un salon de coiffure et lui, dans une salle de sport. Commence une vie d’habitude, lancinante. Un jour, le frère ramène deux « amis » à la maison. Ils s’installent. C’est le début de la fin. Ils sont biens mais entraînent le frère et la sœur vers le fond, lui vers la délinquance et elle vers la prostitution. Cela n’ira jamais jusqu’au bout mais tout de même. Elle va être d’accord pour se prostituer. La fin du roman verra la renaissance du frère et de la sœur ; ils reprennent leurs destins en main.

J’ai beaucoup aimé l’empathie dont fait preuve Bolaño. Il arrive à se mettre dans la tête de cette adolescence, à nous faire saisir ses rêves, ses envies mais aussi ses contradictions. Il arrive même à nous les faire comprendre, à faire que l’on soit d’accord.

Ce qui m’a aussi interpellé, c’est le fait que Bolaño ne dit pas la descente mais pourtant on ne réfléchit pas pour s’en rendre compte ; c’est évident. J’aime qu’il y ait un sens accessible au lecteur lambda.

Le style est normal ; en tout cas pas compliqué comme je l’imaginais(c’est que j’imagine pour tous les livres que l’on dit difficile d’accès).

Je vais donc continuer ma découverte de Bolaño.

Une critique.

Références

Un petit roman lumpen de Roberto BOLAÑO – traduit de l’espagnol (Chili) par Robert Amutio (Christian Bourgois, 2012)

Livre lu dans le cadre des 12 d’Ys dans la catégorie Auteurs latino-américains (je l’avais déjà fait mais bon …)

10 réflexions au sujet de « Un petit roman lumpen de Roberto Bolaño »

  1. Une belle découverte visiblement !
    J’hésite encore pour le challenge des 12 d’Ys sur l’auteur latino-américain, je n’ai pas arrêté mon choix… J’avais pensé à Bolano, mais j’avais peur, comme tu l’appréhendais aussi, qu’il soit difficilement accessible… Ce n’est apparemment pas (toujours) le cas, je vais m’y pencher de plus près !

    1. Une découverte surprenante en effet. Je crois qu’un peu comme tout le monde je me fais des idées sur des auteurs à force d’en entendre parler mais rien de mieux que de se faire son propre chemin de lectrice. Les détectives sauvages me font quand même peur.

  2. Coïncidence je viens de lire un article sur cet auteur et je me suis dit : lis le !
    j’ai lu il y a longtemps un petit essai mais aucun roman, tout est à découvrir pour moi aussi

  3. Je n’ai jamais lu cet auteur, également à cause de son « aura » en littérature et du fait que je pensais m’ennuyer, alors tes deux articles sur le sujet me donne envie de changer, et je note ce titre en priorité.

    1. En tout cas, c’est celui qui a l’air d’en avoir convaincu beaucoup parmi les trois qui sont parus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.