Victoria de Knut Hamsun

Présentation de l’éditeur

« Avez-vous déjà, ne fût-ce qu’une seule fois, vu un homme épouser celle qu’il aurait dû ? »

Elle est la fille du châtelain ; il est le fils du meunier. Ils s’aiment et tous les sépare, leur famille comme leur statut social. Dans une Norvège petite-bourgeoise et piétiste, deux êtres s’aiment et se déchirent sous le joug de leur indomptable orgueil. Traversé de rêveries exaltantes, ce roman d’un roman impossible fut écrit en 1898. Knut Hamsun y dresse un portrait splendide et cruel d’amants romantiques dévorés par le malheur d’aimer.

Mon avis

L’objet livre en lui-même est très beau comme tous les livres de chez Gaïa, et ce même si les pages ne sont plus roses. On a toujours envie de les ouvrir. Et là c’est encore encore le cas, surtout avec cette magnifique couverture rappelant le printemps.

Cela donne l’impression que l’on va lire une histoire heureuse, une histoire d’amour entre deux jeunes gens, Victoria et Johannes, que tout aurait dû séparer. Dès le début du roman, on ne peut douter qu’il s’aime et ce depuis leur plus tendre enfance. Ils sont séparés par leurs familles (plutôt sa famille à elle), leur milieu … Alors quand Johannes parti à la ville pour étudier se fait un nom en tant que poète, il croit qu’il va enfin pouvoir séduire le coeur de sa belle mais ce n’est pas le cas. Elle est promise à un autre qui rétablira financièrement la situation de la famille de Victoria. Johannes aura beau sauver seule une jeune fille de la noyade devant les yeux de Victoria, elle ne cillera pas. Après moult péripéties, dont le suicide de son père et la mort du fiancé, Victoria avoue son amour à Johannes mais celui-ci qui l’avait attendu jusqu’à présent vient de se fiancer le matin même avec la fille qu’il a sauvé de la noyade. La fin qui voit la mort de Victoria est jjuste bouleversante, vous ne pouvez retenir une larme, voire plusieurs.

Si vous êtes accros aux histoires d’amour qui se finissent bien, ne lisez pas ce livre. L’écriture de Knut Hamsun est évocatrice et poétique. Vous sentez au fur et à mesure que le livre avance qu’il va se passer quelque chose d’horrible. Knut Hamsun fait alors des petits intermèdes qui donne un tout autre souffle au livre, juste pour se reposer de l’histoire.

J’ai trois livres de Knut Hamsun dans ma Pile À Lire. Pourquoi je ne les ai pas lu avant, je ne sais pas mais ce sera rapidement réparé !

Il faut lire le magnifique billet de Vita Nova sur ce livre. Il vous donnera vraiment envie de lire Knut Hamsun !

Livre lu dans le cadre de l’opération Masse Critique de Babelio. Je remercie Guillaume Teisseire parce que même si ce n’était pas le livre annoncé, je l’ai tout simplement dévoré. Vous me direz, il est plus facile de lire d’affilé 123 pages que les 700 de la bio de Knut Hamsun prévu à l’origine. Je remercie bien évidemment les éditions Gaïa de m’avoir envoyé le livre !

Extrait

– Quest-ce que tu t’es fait aux yeux ? Ils sont tout rouges. Tu as pleuré ?

– Non, répondit-il en éclatant de rire, j’ai tourné le regard vers mon imagination où le soleil est très fort.

Références

Victoria de Knut HAMSUN – traduit du norvégien par Ingunn Galtier et Alain-Pierre Guilhon (Gaïa, 2010)

Critiques et infos sur Babelio.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.