La maison où je suis mort autrefois de Keigo Higashino

Quatrième de couverture

Sayaka Kurahashi va mal. Mariée à un homme d’affaires absent, mère d’une fillette de trois ans qu’elle maltraite, elle a déjà tenté de mettre fin à ses jours. Et puis il y a cette étonnante amnésie : elle n’a aucun souvenir avant l’âge de cinq ans. Plus étrange encore, les albums de famille ne renferment aucune photo d’elle au berceau, faisant ses premiers pas…

Quand, à la mort de son père, elle reçoit une enveloppe contenant une énigmatique clef à tête de lion et un plan sommaire conduisant à une bâtisse isolée dans les montagnes, elle se dit que la maison recèle peut-être le secret de son mal-être. Elle demande à son ancien petit ami de l’y accompagner.

Ils découvrent une construction apparemment abandonnée. L’entrée a été condamnée. Toutes les horloges sont arrêtées à la même heure. Dans une chambre d’enfant, ils trouvent le journal intime d’un petit garçon et comprennent peu à peu que cette inquiétante demeure a été le théâtre d’événements tragiques…

Keigo Higashino compose avec La Maison où je suis mort autrefois un roman étrange et obsédant. D’une écriture froide, sereine et lugubre comme la mort, il explore calmement les lancinantes lacunes de notre mémoire, la matière noire de nos vies, la part de mort déjà en nous.

Mon avis

Je remercie Lewerentz de m’avoir offert ce livre que j’ai beaucoup, beaucoup aimé. C’était aussi un des coups de cœur de ma libraire et puis il y avait quand même quelques avis sur les blogs. Je l’avais bien repéré, j’avais décidé de le garder dans ma PAL de voyage et puis comme mon voyage a été retardé, je l’ai lu quand même. Je l’ai lu de manière compulsive en une journée (la copine de mon frère l’a lu aussi et visiblement a eu le même type de lecture : vous êtes prévenu). L’intrigue est bien menée (ou maîtrisée) et on a toujours envie de savoir ce qu’ils vont découvrir de plus dans la maison. C’est à mon avis le point fort du livre : les déductions sur le passé de Sayaka à partir des éléments laissés dans la maison.

L’écriture m’a rappelé Disparitions de Natsuo Kirino que j’ai lu il y a quelques mois : une impression de vide. En réalité c’est une écriture très froide, c’est-à-dire qui ne fait qu’effleurer les sentiments : on les sent mais ils ne sont pas décrits. Cela change beaucoup de mes lectures habituelles.

Comme je n’ai pas grand chose de plus à dire sur ce roman, je vais quand même vous livrez mes impressions au cours de la lecture. J’ai appris que j’étais quelqu’un de tordu, mais vraiment. À chaque nouvel élément trouvé, je m’imaginais le pire alors que les personnages déduisaient des trucs absolument normaux, tout à fait plausibles. Par exemple, pour moi, il était évident que le garçon était mort jeune, d’une mort absolument horrible, comme un meurtre sanglant, mais pour eux, pas du tout : il n’est pas forcément mort et si il est mort jeune, cela peut tout simplement être un accident.

Je me suis demandé aussi l’utilité que pouvait avoir Les experts (ceux de la série) parce que l’ancien petit ami, avec une logique de maître de conférence de physique, arrive à tout comprendre par simple déduction (même Sherlock Holmes ne fait pas si bien c’est pour dire), sans téléphone portable, sans électricité, sans ordinateur, sans internet, sans rien, juste avec son cerveau et sans expérience. C’est vraiment impressionnant de logique, qui m’a laissé admirative plus d’une fois. Tout ça pour insister sur le fait que la construction est très maîtrisée : les éléments sont amenés progressivement (vous n’avez pas un gros tas d’indices à démêler tout au long du roman), ce qui fait que l’envie de savoir et de comprendre (en gros d’aller directement à la dernière page) devient de plus en plus grande.

Comme je vous le disais, il y a d’autres blogueurs qui l’ont lu : Dominique (the never ending blog), Paul Arre, Virginie, Emeraude, Sophie, Eskalion, Michel, Claude, …

N’hésitez pas à me signaler d’autres avis car je suis persuadée en avoir vu d’autres !

Références

La Maison où je suis mort autrefois de Keigo HIGASHINO – traduit du japonais par Yutaka Makino (Actes Sud / Actes noirs, 2010)

12 réflexions au sujet de « La maison où je suis mort autrefois de Keigo Higashino »

  1. Je ne connaissais pas du tout mais la manière dont tu en parles donne vraiment vraiment envie! Je n’ai encore rien lu de la collection Actes noirs, j’en ai un qui m’attend dans ma PAL mais je note celui-ci pour un futur achat ou un cadeau pour ma soeur (elle est aussi fan du genre).

    1. @ The storybook girl : franchement, en cadeau, je pense que cela peut ne pas être mal du tout (après tu peux le chiper) car quand je vois que la copine de mon frère et moi nous sommes des lectrices très différentes et que nous avons aimé toutes les deux, tu as peu de chance de te tromper surtout si elle aime ce genre d’ambiance. Rien à voir mais mercredi sort le nouveau Isabel Dalhousie. Je suis dans les starting block, je ne te dis pas !!!!

    1. @ Sabbio : le côté oppressant vient à mon avis de l’écriture. Bien évidemment, deux personnes dans une maison abandonnée où des évènements horribles se sont passés, ce n’est pas très joyeux. L’écriture froide et clinique c’est ce qui fait le côté « original » de ce roman. Pour la peur d’avoir peur, je ne dis pas parce que comme je le dis dans le billet, j’ai un côté tordu et je m’attendais à plus de sang ou d’actions alors qu’en réalité c’est purement et simplement de la déduction. Après il faut voir le niveau d’empathie que tu peux ressentir au niveau des personnages, et là je crois que c’est justement l’écriture qui t’aide à ne pas trop en ressentir (même si elle rend le tout oppressant). Je ne sais pas si je me suis bien exprimée ou si j’ai été claire … Désolée.

  2. Bonjour Cécile,
    Je suis ravie de votre billet et aussi de savoir que vous avez aimé :-))

    Sabio, si je puis me permettre : le roman ne fait pas du tout peur.

    1. Merci encore. Pour la peur dans le roman, je ne me mouille pas car une fois, j’ai dit à une de mes connaissances que cela ne faisait pas peur mais après, elle m’a dit que si, si à elle cela lui avait fait peur.

  3. Je ne suis pas fan de romans japonais, policiers ou pas, mais devant tant d’enthousiasme, comment faire pour ne pas noter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *