Le mal de peau de Monique Ilboudo

Je fouillais l’autre jour dans ma Pile à Lire quand je suis tombée sur ce livre, que j’ai depuis au moins 2012 (c’est un message privé pour mes livres, ne perdez pas espoir un jour je vous lirai). Bon, à chaque fois, cela me déprime de constater que j’ai de très bons livres et que je ne prends pas suffisamment de temps pour les lire. Je souffre du syndrome « quand tu achètes un livre, cela ne signifie pas que tu achètes le temps pour le lire ».

Le Mal de peau est l’histoire d’une mère et sa fille, les chapitres sur l’une alternant avec les chapitres sur l’autre.

L’histoire de Sibila, la mère, commence peu avant l’indépendant de Tinga, pays imaginaire mais occupé par la France et ses fonctionnaires, qui en assurent l’administration. Sibila est en âge de se marier, mais ses parents l’ont destinée à un vieux monsieur dont elle serait l’une des multiples épouses : un destin qui ne fait pas rêver la jeune fille. Dans les mois qui précèdent le mariage, Sibila dépérit : elle maigrit, devient triste, s’isole pour réfléchir. Ainsi elle se retrouve seule, un soir au bord d’une rivière car les villageois, suivant une légende, désertent le lieu après le coucher du soleil. Or, ce jour-là, le nouveau commandant de cercle viole la jeune fille, engendrant un enfant, une petite fille nommée Cathy, et un changement radical de vie pour Sibila.

En effet, elle est obligée de fuir en ville, pour ne pas jeter l’opprobre sur ses parents. Elle se réfugie dans un premier temps chez les sœurs, puis lorsque sa grossesse est découverte, chez une commerçante. Elle montera ensuite son commerce, qu’elle gérera seule comme elle élèvera seule ses enfants. L’homme, lui, s’enfuira du pays juste après le viol. Personne dans la région n’a jamais compris son nom. Il restera un inconnu pour Sibila et sa fille, d’autant plus inatteignable que le pays deviendra indépendant peu de temps après.

Cathy aura une scolarité difficile, non pas à cause des notes, mais à cause de sa couleur de peau qui la rend très différente de ses camarades. À vingt ans, elle part étudier l’architecture à Paris. Elle souhaite aussi retrouver son père, même si elle ne sait pas comment s’y prendre. Refusant de prendre parti dans les courants politiques agitant les étudiants parisiens originaires de Tinga, elle emménage dans la résidence universitaire d’Antony où elle fait la connaissance de Régis, amie de sa voisine de chambre. Problème : Régis est blanc, issue d’une famille bourgeoise de Lyon, voyant d’un mauvais œil l’arrivée d’une jeune métisse dans la vie de leur fils.

J’ai trouvé cette histoire extrêmement positive (sauf la fin, qui m’a laissé perplexe). Cathy et Sibila sont deux femmes qui ne se laissent jamais décourager malgré les ennuis qui s’accumulent. Elles suivent leurs idées et instincts pour diriger leur vie, sans jamais laissé personne décidé pour elle, surtout en matière d’amour. Cela peut parfois donner l’impression que Sibila, un peu moins Cathy, sont un peu solitaires. Cela peut même rendre distants certains hommes. Pourtant, cela ne semble pas les perturbées. Deux personnes / personnages vraiment remarquables.

J’ai aimé la franchise de l’auteur, le style extrêmement direct pour nommer les choses, sans jamais avoir de tabou. L’histoire, les personnages et ce style direct ont fait de ce livre une bonne lecture, intéressante et instructive.

J’avoue que ce livre m’a aussi plu pour un aspect plus personnel. J’habite à Antony, qui est connu pour deux choses : le terminus du Orlyval et la cité universitaire qui domine la rouge (surtout depuis qu’elle a été peinte au rouge). Quand vous parlez à une personne ayant étudié à Paris dans les années quatre-vingt, il finit souvent par raconter avoir habité dans cette cité et raconte plus ou moins une vie ressemblant à celle décrite dans le livre. Cela me fait toujours sourire de lire des romans, qui se passent dans les lieux que je connais bien.

Références

Le Mal de peau de Monique ILBOUDO (Le Serpent à Plumes / collection Motifs, 2007)