Gioconda de Nìkos Kokàntzis

Ceci est une histoire vraie. Nìkos Kokàntzis décide en 1975 de raconter sa première histoire d’amour, un amour véritable, fou, rêvé pourrait-on dire, avec une jeune voisine juive, Gioconda. Le problème est que l’on est en 1943, que la Grèce est occupée par les Allemands. Le problème est qu’ils sont deux jeunes adolescents et qu’ils ont autre chose à penser qu’à la guerre.

C’est un livre magnifique. On oscille tout le temps entre la guerre et une sorte des parenthèses rêvées que sont les moments d’intimité entre Gioconda et Nìkos. Nìkos Kokàntzis n’écrira qu’un livre et cela sera celui-ci, pour que Gioconda ne meurt pas une seconde fois avec lui. On peut regretter le fait que son talent d’écrivain ne s’exerce que sur d’autre livre car la langue est précis dans les descriptions et les sentiments, sensuelle aussi. L’auteur arrive à faire passer toute son émotion présente mais aussi passée. C’est un des meilleurs livres que j’ai lu sur la description des sentiments du premier amour (et même de l’amour en général)(j’espère que j’ai bien expliqué qu’il ne s’agit pas d’un flirt mais vraiment d’amour, celui qui vous chamboule entièrement) ; on comprend toute la profondeur du sentiment, tous les bouleversements engendrés.

Une très belle lecture, pleine d’émotions.

Références

Gioconda de Nìkos KOKÀNTZIS – récit traduit du grec par Michel Volkovitch (Éditions de l’Aube, 2012)

Un siècle de littérature européenne : 3/100 (année 1975)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.