Le manuscrit du Docteur Apelle de David Treuer

Présentation de l’éditeur

David Treuer s’est imposé avec Little et Comme un frère au premier rang des jeunes écrivains américains. À mi-chemin entre la quête métaphysique et la légende initiatique, il poursuit avec ce nouveau roman un œuvre rare et ambitieuse.

Le Docteur Apelle, spécialiste en langues anciennes, s’est pour ainsi dire retiré du monde et se consacre à l’étude. Lorsqu’il découvre parmi les rayonnages d’une bibliothèque un vieux manuscrit qui bouleverse son existence : ce conte étrange, dont il entreprend la traduction, retrace le destin de deux jeunes Indiens au début du XIXe siècle. Et, pour la première fois de sa vie, cet homme prend conscience qu’il n’a jamais connu le véritable amour …

Tantôt enchanteur, tantôt mystérieux, Le manuscrit du Docteur Apelle nous plonge au cœur de deux histoires : l’une nous entraîne dans les profondeurs de la forêt mythologique, l’autre nous invite à parcourir les labyrinthes de la littérature. Et à nous interroger sur la seule chose qui puisse encore surprendre l’homme : ses sentiments.

Mon avis

Il y a donc deux histoires qui s’entremêlent. Les deux m’ont beaucoup plu mais je n’ai absolument pas compris le lien qu’elles avaient entre elles, c’est-à-dire que j’ai pas compris comment l’une renvoyait à l’autre. Le seul lien que j’ai vu c’est le Docteur Apelle qui nous écrivait sa vie (ou plutôt un narrateur omniscient nous écrivait sa vie) pendant qu’il traduisait le texte sur l’histoire d’amour entre les deux jeunes Indiens et qu’au fur et à mesure il nous mettait la traduction.

L’histoire du Docteur Apelle m’a beaucoup plu car elle montre une solitude ordinaire, une solitude dans laquelle on s’enferme progressivement (ce thème me plaît par goût personnel, il n’est pas obligé de vous plaire à vous aussi). Le Docteur Apelle est docteur en langues anciennes (en dialectes indiens si j’ai bien suivi) sauf que le monde de la recherche (les chercheurs) ne lui ont pas plu après sa thèse ; il a donc tout abandonné pour travailler dans les livres. Il travaille donc à la RECAP où on achemine les livres des bibliothèques, qui ne sont plus ouverts, pour les stocker. C’est un métier où le livre est un objet et ne doit pas s’ouvrir. Mais il y a des livres. Un vendredi toutes les deux semaines (car il ne prend pas ses pauses déjeuners ni ses deux pauses journalières), il se consacre à la traduction dans une bibliothèque de recherche. C’est là qu’il découvre la fameuse histoire d’amour entre les deux Indiens. Il découvre qu’il « doit » tomber amoureux et cède à sa collègue de travail, qui elle est une cleptomane des livres (elle vole en bibliothèque ou en librairie indifféremment) et travaille là comme pour s’amender. Cet amour va lui faire casser une routine qui est franchement très très immuable (même sa visite aux prostituées est programmée).

En alternance, il y a donc l’histoire d’amour entre Bimaadiz et Eta. Tous les deux ont été adopté car leurs parents sont morts pendant des guerres ou des famines. Tous les deux ont été secourus par des animaux : un orignal et une louve. Ils ont tous les deux un très grand talent pour vivre avec les richesses de la forêt. Ils sont tous les deux d’une beauté extraordinaire, d’un caractère remarquable. Ils ont tout pour tomber amoureux. Pourtant, certains veulent les éloigner et à chaque fois, une « apparition » physique ou un esprit va les aider à se retrouver. Ils auront aussi à chaque fois un coup de pouce pour les aider à surmonter leur timidité.

Je crois que le lien c’est cela : le narrateur omniscient qui semble donner des coups de pouce comme il en a donné à Bimaadiz et Eta dans le temps. Mieux qu’une sorte de Cupidon, il est celui qui organise le monde et aime que ceux qu’il aime soit heureux.

Tout le long de ma lecture, je me suis sentie sereine comme si une certaine sagesse me tombait sur les épaules sans l’alourdir et je pense que c’est cela que j’ai le plus apprécié dans cette lecture.

Références

Le manuscrit du Docteur Apelle de David TREUER – traduit de l’américain par Michel Lederer (Albin Michel, 2007)

Lu dans le cadre des 12 d’Ys pour la catégorie jeunes auteurs américains.

2 réflexions au sujet de « Le manuscrit du Docteur Apelle de David Treuer »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.