La double vie de Laura Swan de Benjamin Black

Quatrième de couverture

Bien que l’autopsie lui prouve le contraire (la jeune femme n’est pas morte noyée, mais d’une overdose d’héroïne), Quirke va laisser classer cette affaire comme un suicide. Et pourtant … Vieux loup de plus en plus solitaire, il ne peut s’empêcher de fureter dans le passé de la victime et découvre que celle-ci avait non seulement une double identité mais une double vie, peuplée de personnages aussi troubles que les circonstances de sa mort. Lorsqu’il apparaît que Phoebe, sa propre fille, est à son tour impliquée, Quirke se retrouve pris dans un piège qui, une fois de plus, fera ressurgir les démons du passé …

Mon avis

C’est le deuxième tome des aventures de Quirke que je lis (et le deuxième publié en France), après Les disparus de Dublin. Après une année, la lecture  de ce premier tome s’est estompée dans ma mémoire et du coup, les allusions incessantes dans ce deuxième tome m’ont gênée.

Bien sûr, il n’y a pas d’enquête, plutôt que de roman policier, on parlera de roman noir. Quirke s’est arrêté de boire, essaye de renouer avec sa fille (qu’il a fait élever par sa belle-sœur et son beau-frère et à qui il a avoué la vérité très récemment : pour vous dire comment elle a apprécié). Tout cela, visiblement nuit très sérieusement à ces méninges. Quand un ancien camarade d’université lui demande de ne pas pratiquer une autopsie, il ne pense pas que c’est suspect et qu’il y a quelque chose de louche (il la pratique quand même pour sa défense). Il se laisse porter par la vague. Il ne voit pas sa fille se faire embringuer dans une mauvaise histoire, ne lui porte pas vraiment secours. Il la laisse seule tout en constatant les choses de loin. Il couche avec la femme d’un type qui couche lui même avec la fille de Quirke. Il ne se pose pas vraiment de questions mais rumine dans son coin les éléments qu’il a. Vous aurez compris donc que Quirke traverse une profonde dépression.

Mais justement, ce serait oublié que Benjamin Black, c’est aussi John Banville et dans ce tome particulier, Benjamin Black écrit comme John Banville : on retrouve les mêmes thèmes (la mort, les relations aux autres, la paternité ; vous me direz comme dans tous les romans mais c’est de la littérature irlandaise et du coup, tout le monde est dépressif) que dans Infinis parus cette année, et surtout traitée de la même manière : d’une manière contemplative et lascive. On se regarde, on constate mais on ne fait rien. C’est pour ça que finalement quand on comprend pourquoi et comment Laura Swan est morte, tout le monde est surpris que quelqu’un est agit (même mal).

Finalement, donc, c’est l’écriture de John Banville qui m’a apprécié énormément le roman de Benjamin Black, l’histoire n’étant pas extraordinaire : elle raconte l’histoire de gens bringuebalés dans tous les sens par la vie.

Références

La double vie de Laura Swan de Benjamin BLACK – traduit de l’anglais (Irlande) par Michèle Albaret-Maatsch (NiL, 2011)

 

8 réflexions au sujet de « La double vie de Laura Swan de Benjamin Black »

    1. @ Niki : par contre le premier était bon j’avais trouver mais là à mon avis ce n’est pas du roman policier dans le sens où il n’y a pas d’enquêtes (un peu comme chez Ken Bruen d’ailleurs).

  1. Je ne sais pas si j’aurais du mal avec l’inaction, en fait… il y a des fois où j’aurais le goût de secouer – et fortement – les personnages!

    1. @ Karine:) : j’ai tendance à l’empathie. Du coup, il m’a plutôt fait déprimer qu’autre chose.

    1. @ Man : c’est un genre à part entière, il faut dire mais j’aime beaucoup la littérature irlandaise et je troue que c’est quand même assez typique de ce pays. Qui se suit sans problème mais quand on y réfléchit, l’histoire il y en a pas. Mais moi j’aime …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *