Dans les rues de Londres – une aventure de Virginia Woolf

DansLesRuesDeLondresVirginiaWoolfLundi, j’étais un peu énervée, dans le sens où j’avais une idée dans la tête qui me tourmentait (sur une chose que l’on m’avait dite dans la journée) et que je n’arrivais pas à me détendre. Dans ce cas-là, j’essaie de prendre un livre pour voir si cela me calme. J’ai pris ce livre de Virginia Woolf que j’ai acheté au salon du livre (l’auteur n’était pas là pour me le dédicacer …) Je me suis un peu forcée au début à me concentrer sur les phrases et très rapidement, je me suis retrouvée à me promener dans les rues de Londres avec Virginia Woolf.

Un soir d’hiver, Virginia Woolf sort, pour traverser tout Londres, sous le prétexte d’aller chercher un crayon à papier. Rapidement, les sensations l’envahissent, l’observation de son environnement prend le dessus.

Peut-être nul ne s’est-il jamais pris de passion pour un crayon à papier. Mails il est des circonstances où il peut devenir suprêmement désirable d’en posséder un ; des instants où nous sommes déterminés à trouver un objet, une excuse pour traverser la moitié de de Londres à pied entre le thé et le dîner. Tout comme le chasseur de renards chasse pour préserver la race des renards et le golfeur joue au golf pour que les grands espaces soient préservés des bâtisseurs, ainsi, quand nous prend le désir d’aller flâner dans les rues, le crayon est un bon prétexte et nous disons en nous levant : « Il faut vraiment que j’achète un crayon », comme si à la faveur de cette excuse nous pouvions nous laisser aller sans danger au plus grand plaisir de la vie urbaine en hiver – flâner dans les rues de Londres.

L’heure doit être le soir et la saison l’hiver, car l’hiver, l’éclat champagne de l’air et la socialité des rues sont plaisants. Nous ne sommes pas tourmentés alors comme en été par des envies d’ombre, de solitude, de douceur de l’air des champs de foin. Le soir nous donne également cette désinvolture que concèdent l’obscurité et la lumière des lampes. Nous ne sommes plus tout à fait nous-mêmes. Comme nous sortons de la maison un beau soir entre quatre et six, nous perdons le moi par lequel nos amis connaissent et rejoignons cette vaste armée républicaine des piétons anonymes, dont la société est si agréable après la solitude de sa propre chambre.

Il s’agit des deux premiers paragraphes du livre. J’espère que vous appréciez autant que moi la manière dont elle glisse d’une idée à une autre (en deux paragraphes, elle en dit beaucoup, a créé une atmosphère un peu vaporeuse, un peu rêveuse). Elle décrit à merveille la lumière de l’hiver (il fallait la trouver cette couleur champagne). Je m’imaginais à la lecture dans les rues de Londres (j’étais dans Oxford Street mais vous pouvez imaginer n’importe quelle rue à votre convenance), avec les réverbères à l’ancienne, diffusant cette lumière. J’ai trouvé aussi ce qu’elle dit sur l’été très juste, par rapport à l’hiver. J’aime la lumière de l’été mais pourtant en hiver, on se sent plus léger, plus libre aussi, surtout quand il a neigé (à mon avis).

Sur les cinquante pages de texte, elle raconte ses observations sur les gens … Elles ne parlent à personne (en tout cas, c’est l’impression que j’ai eu). Une autre phase m’a fait sourire parce que c’est exactement ce que je fais (inventer des vies aux gens du rer quand ils parlent dans leurs téléphones portables) :

Le nombre de livres au monde est infini et il faut se contenter d’un aperçu, hocher la tête et poursuivre après un instant de conversation, un éclair de compréhension, tout comme, dans la rue, on attrape un mot au passage et d’une phrase au hasard, on fabrique tout une vie.

Cette nouvelle raconte la promenade comme une aventure, comme un moyen de s’imprégner des autres, de vivre les autres. Virginia Woolf, que j’imagine solitaire, aime rentrer chez elle après autant de sensations :

En chacune de ces vies on pouvait pénétrer un peu, assez loin pour se donner l’illusion qu’on n’est pas attachés à un seul esprit mais qu’on peut enfiler pour quelques minutes les corps et les esprits d’autres. On pouvait devenir une lavandière, un patron de bistrot, un chanteur de rue. Et y a-t-il délices et merveilles plus grandes que de s’écarter des lignes droites de la personnalité pour s’engager dans ces sentiers qui mènent sous les ronces et les épais troncs d’arbre au cœur de la forêt où vivent ces bêtes sauvages, nos semblables ?

C’est vrai : s’échapper est le plus grand des plaisirs ; hanter les rues en hiver la plus grande des aventures. Pourtant, comme nous nous rapprochons de notre porte, il est réconfortant de sentir les vieilles possessions, les vieux préjugés, enroulés autour de nous ; et le moi, qui a été ballotté à tant de coins de rue, qui s’est cogné comme une phalène à la flamme de tant d’inaccessibles lanternes, abrité et enclos. Revoici la porte habituelle ; revoici le fauteuil tourné tel qu’on l’avait laissé et la coupe de porcelaine et l’anneau brin sur le tapis. Et voici – examinons-le avec tendresse, touchons-le avec vénération – le seul butin qu’on ait sauvé de tous les trésors de la ville, un crayon à papier.

Le livre est illustré par les dessins de Antoine Desailly, qui sont très jolis mais je n’ai pas compris le rapport avec le texte. C’est une collection d’objets éparses, que l’on pourrait s’imaginer traînant dans les rues londoniennes. J’ai été gênée quand à la page 47, le dessinateur nous montre un beau stylo bic cristal alors que tout au long du texte, Virginia Woolf parle de crayon à papier. Ma conclusion est que nous n’avons pas lu le même texte et que c’est pour cela que je n’ai pas compris ces dessins (on s’excuse comme on peut).

Par contre, la postface du traducteur est passionnante car il explique le pourquoi de la retraduction, et notamment sur la nature du flux de conscience que l’on a donné jusqu’à présent en français.

Il me semble qu’en français, la notion de stream of consciousness a souvent servi d’excuse pour tirer davantage encore Virginia Woolf vers la fluidité, alors que c’est un courant heurté, à chaque instant arrêté, perturbé, détourné. C’est d’ailleurs le sujet même de Street Haunting, ce que fait le récit en même temps que ce dont il est fait et ce qu’il dit.

J’ai conscience que ce n’est pas un billet très intéressant pour le lecteur du blog car il ne décrit pas bien le livre. C’est plus un billet pour moi, pour retenir les citations et ce que j’ai aimé. À mon avis et dans mon cas (de non littéraire), ce n’est pas une lecture qui doit se décortiquer mais plutôt une lecture qui se vit et qui se ressent, personnellement, au fond de soi … C’est clairement le meilleur livre de MA rentrée littéraire … (on passera sur le fait que le livre est sorti en mars et qu’il a été écrit il y a longtemps).

Je voulais aussi demander votre avis sur un extrait :

C’est toujours une aventure d’entrer dans une nouvelle pièce, car les vies et les caractères de ses propriétaires y ont distillé leur atmosphère et dès l’entrée, nous affrontons une nouvelle vague d’émotion.

J’avais l’impression qu’on se se sentait pas à l’aise dans une pièce, à partir du moment où l’ameublement ne correspondait pas à notre caractère, et ce même chez des amis ou de la famille que l’on adore. Cette phrase me fait beaucoup réfléchir. Est-ce qu’on ne se sent pas à l’aise dans une pièce parce qu’on sent ce que les propriétaires y ont laissé, leurs humeurs, leurs colères … est-ce que c’est dû à une atmosphère qui se dégage de la pièce ou simplement aux meubles ? Cela me laisse assez perplexe, j’avoue.

Références

Dans les rues de Londres – une aventure de Virginia WOOLF – vu par Antoine Desailly – traduit par Étienne Dobenesque (Les éditions du chemin de fer, 2014)

Une autre version de ce texte a paru, au début de l’année, aux éditions Interférences sous le titre Au hasard des rues – une aventure londonienne.

11 réflexions au sujet de « Dans les rues de Londres – une aventure de Virginia Woolf »

  1. Mais si, ton billet est intéressant ! ça fait du bien de changer des livres de la rentrée, et de la fiction. Moi qui n’ai jamais lu Virginia Woolf, tu réussis à me tenter !

    1. Merci. Il faut lire Virginia Woolf (elle écrit tellement bien, est tellement intelligente … je ne fais pas du tout dans l’excès) mais il faut trouver le bon livre pour aborder tout le reste de l’oeuvre. Pandant des années, j’ai essayé Mrs Daloway après avoir vu Les heures, puis après il y a eu le blog et Dominique a dit qu’il était mieux de commencer par Au phare et là, cela a été le déclic.
      En fait, personnellement, j’aime beaucoup la rentrée littéraire (cela ne fait pas trop intello de dire cela mais j’assume) comme j’aime beaucoup les autres livres. Je suis très curieuse alors pour moi, c’est toujours un plaisir de découvrir de nouvelles choses. Par contre, j’essaie de faire attention à ne pas me laisser entraîner à lire des choses que parce qu’on en parle (je ne sais pas si j’arrive bien à faire la part des choses) mais je ne m’interdis pas de lire des choses dont on parle. J’essaie aussi d’aller vers la littérature française, qui paraît (et là j’écoute le libraire et les blogs). J’avoue enfin que je me suis fais très plaisir pour cette rentrée (et que cela m’a aidé à bien la démarrer).

  2. je vais plutôt me concentrer sur les livres de virginia woolf et les bios que j’ai à son sujet, plutôt que ce livre – bien que je confirme ce que dit kathel = ton billet est intéressant – rappelle-toi le questionnement = qu’est ce qui est intéressant dans un blog, qu’est ce qui est un bon livre ou un autre ?
    le principal est de lire et de faire une bonne synthèse comme tu sais très bien les faire

    1. Moi aussi, j’en ai plein dans ma PAL dont la bio d’Hermione Lee. Est-ce que tu l’as lu ? Est-ce que l’on peut la lire en retenant ce qu’elle a dit depuis le débt (les 1000 pages m’effraient et j’ai l’impression qu’il faudra que je prenne des notes pour tout comprendre).
      Est-ce que tu as été voir l’expo à Londres sur Virginia Wool ? J’ai pris le catalogue et c’est sûrement ce que je lirais prochainement ?
      Mon père m’a appelé pour me dire que j’ai reçu une lettre de toi. Je t’en remercie par avance !

      1. je n’ai plus été à londres depuis 6 ans – j’espère y retourner en 2015, à moins que mon fils ne reste à montréal, alors mes sous me serviront à aller là bas, snif snif 😉

        1. Je ne sais pas trop quoi espérer pour toi. Londres ou Montréal. Que vous alliez bien tous les deux et que chacun soit heureux, peut-être …

  3. J’adore Woolf et ce livre me fait penser à de magnifiques passages de « Mrs Dalloway » (et aussi de « Nuit et jour »). Son écriture est incroyable, ça coule tout seul (pour moi en tout cas; ma soeur, p.ex., n’accroche pas). Je suis assez d’accord avec l’extrait sur les pièces dans lesquelles on entre. Pour moi, c’est très important la façon dont elles sont meublées, agencées, si elles sont sombres ou lumineuses, car je trouve que c’est très révélateur de la personnalité de son/ses occupant/s. Et, du coup, leurs émotions passées y sont parfois encore présentes. Il m’est déjà arrivé d’aller chez quelqu’un mais de ne pas vouloir m’assoir car je ne me sentais pas à l’aise (heureusement que c’était seulement pour un court passage parce que mon refus aurait pu être blessant).

    1. Je n’ai toujours pas réussi à me décider à entamer Mrs. Dalloway. Je reste traumatiser par l’introduction de 50 pages dans le folio. J’ai baillé durant toute l’introduction que j’ai lu de bout en bout (on est audacieux quand on est jeune) et quand j’ai eu enfin terminé, j’ai posé le livre et je ne l’ai jamais repris. Je crois qu’il faut avoir l’esprit tout de même disponible pour lire Virginia Woolf.
      L’extrait sur les pièces dans lesquelles on entre me donne surtout envie de lire Une chambre à soi.

  4. Ton billet et passionnant et tu me donnes envie de découvrir ce livre et de redécouvrir Virginia Wolfe. L’extrait que tu as mis montre bien son talent.
    J’adore ton billet, et je me retrouve dans ce que tu dis.
    Pour répondre à ta dernière question, oui ça arrive de se sentir mal à l’aise dans une pièce, une maison; mais je crois que c’est parce qu’il n’y a rien qui « passe », pas d’âme, pas de vie. Chez certains c’est parfois comme dans « un catalogue »

    1. J’ai un peu le même avis sur les pièces où l’on passe. Il y a des maisons qui ressemblent tellement à des maisons témoin que cela me fait peur (ou bien elles sont trop rangées pour moi). Je mets mon malaise sur le fait que j’ai l’habitude de vivre dans le bordel le plus monstrueux car tout le monde dans ma famille a une passion très envahissante et il y en a partout car on est toujours en train de travailler sur quelque chose en rapport (d’un autre côté, les gens qui nous visitent pensent qu’on a un intérieur chaleureux … enfin pas tous). Je pensais que c’était plutôt mon caractère. Dans l’extrait, finalement, elle dit plutôt que quoiqu’il arrive, l’aménagement ou l’atmosphère laisse passer quelque chose. C’est un peu en contradiction avec ce que l’on pense toutes les deux puisque pour nous il y a des endroits où les gens ne laissent rien passer. Est-ce qu’on n’y est tout simplement pas sensible ? Ce type d’intérieur correspond à quel goût ? J’ai toujours un peu de mal à me mettre à la place des autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *