Sherlock Holmes de Duchâteau – Clair

Contrairement à la bd que je vous ai présenté avant-hier, nous avons ici affaire à une bd ancien genre, comme celui de Tintin : une omniprésence du texte et un dessin (ainsi que des couleurs) on ne peut plus classiques. Entendons-nous bien, c’est du classique qui tient la route.

Pour situer, Duchâteau a écrit un pastiche avec Sherlock Holmes, a l’habitude de traiter des enquêtes dans une période autre que la période contemporaine (le Londres du 19ième c’est un peu le square d’à côté pour lui). Le scénario est donc très consistant, assez inattendu et vaut le coup.

Les deux albums (je n’ai trouvé que les deux premiers) sont des rééditions d’album déjà paru dans les années 90, ce qui explique l’aspect un peu passé des couleurs. Comme je vous le disais le dessin m’a fait pensé à Tintin, les yeux en bille quand un personnage est surpris, les trois cheveux sur le cailloux, l’aspect goguenard des personnages. Il y a des bonnes trouvailles aussi : la figure de Moriarty, on ne peut plus démoniaque, dans le premier tome en est un exemple.

Quand on lit ces deux premiers volumes, on a donc l’impression de se sentir chez soi. Vous allez me dire de quoi parlent ils ces volumes !

Dans le premier tome, intitulé La sangsue Rouge, un homme quasiment mort arrive à Baker Street, le corps couvert de sangsue. Le problème est qu’il arrive dans un fiacre rouge vide et surtout qui n’a pas de chauffeur. En montant dedans, Sherlock Holmes bravant tous les dangers arrive chez un lord qui est sur les nerfs. On le fait chanter à cause de dettes de jeu contractées au tripot La sangsue Rouge. Holmes découvre que Moriarty n’y est pas pour rien. La question est de savoir si Moriarty est responsable de tout. Un tome avec un suspens insoutenable (qui ne se lâche pas comme ça ; d’un autre côté, c’est une bd donc c’est très court).

Le deuxième tome forme une suite avec le troisième (imaginez comme je suis contente de ne pas l’avoir trouvé). Le thème principal est la lutte entre Sherlock Holmes et Raspoutine (cela me rappelle des souvenirs avec ma mère ; du coup, j’aime quand on parle de lui) pour que Raspoutine ne monte pas la tête de la tsarine. On passe de la Transylvanie à la Russie en quarante pages très dynamiques. On laisse Holmes et Watson dans une isba en feu !

Si vous voyez le troisième, initulé La vieille russe, pensez à moi !

Références

Sherlock Holmes – tome 1 : La sangsue rouge de André-Paul DUCHÂTEAU (scénario), Guy Clair (dessin) et Luce Daniels (couleur) (Soleil, 2001)

Sherlock Holmes – tome 2 : La béquille d’aluminium de André-Paul DUCHÂTEAU (scénario), Guy Clair (dessin) et Luce Daniels (couleur) (Soleil, 2001)

12 réflexions au sujet de « Sherlock Holmes de Duchâteau – Clair »

    1. @ Niki : il y a neuf bd dans cette bd où il est scénariste + le livre. Et il y en a sûrement d’autres que je ne connais pas ! On nous dit rien ma pauv’ dame. Mais tu n’es pas en objectif baisse de PAL, toi ?

    1. @ Niki : sur Amazon, j’ai une wish-list de 650 livres et 50 DVD et 40 BD … et pourtant j’ai une énorme PAL aussi.

  1. Ah j’ai vu tous les volumes sauf le premier chez moi bouquiniste … mais je crois qu’ils les ont à la bibli. Du coup je vais les emprunter 🙂 Dis donc je vais encore être à la traine avec mes billets holmésiens inexistants :'(

    1. @ Matilda : j’ai envoyé les paquets hier mais j’ai oublié de mettre la carte pour Erato. Je m’en veux mais alors …

  2. Aïe. Tu peux peut-être l’envoyer en lettre à part ? Elle arrivera avant le colis si tu la poste aujourd’hui ^^ Ça m’est déjà arrivé,m ais avec un livre que j’avais oublié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.