Le crime suprême d’Isaac Asimov

Encore une fois, je débarque de ma planète. Vous allez me dire qu’il faut mieux débarquer de la sienne que de celle d’un autre et je ne pourrais que vous donnez raison même si je ne suis pas vraiment sûre de comprendre ce que cela veut dire.

On a déjà essayé de me faire lire Isaac Asimov mais de part mon côté lectrice snob (entendez lectrice qui ne comprend pas la science-fiction), je n’ai jamais ouvert le livre que l’on m’a offert. Mais l’autre jour en fouillant dans une bibliographie holmésienne, je tombe sur la nouvelle dont je vais vous parler.

Je ne connaissais pas moi ces veufs noirs mais cela m’a l’air terriblement bien. La couverture de l’édition omnibus (qui est le seul livre encore édité qui contienne la nouvelle dont je vais vous parler – je m’entraîne à faire du teasing désolée) présente ce club de manière tout à fait alléchante à mon cerveau :

Les Veufs Noirs, ce sont six hommes, ni veufs, ni forcément célibataires, qui se réunissent pour manger, boire , bavarder … et résoudre les énigmes que vient leur présenter leur invité. En marge de l’immense œuvre de science-fiction qui l’a consacré, Isaac Asimov a lorgné du côté d’Hercule Poirot et de ses « petites cellules grises » pour concocter ces soixante bijoux d’astuce et d’humour.

C’est juste fascinant, non ? Dans cette nouvelle (nous y venons enfin), les veufs noirs reçoivent un candidat au BSI (Baker Street Irregulars, la société Sherlock Holmes de New York) qui doit absolument écrire un article d’holmésologie, c’est-à-dire une étude poussée du canon (qui vise à expliquer chaque micro-détails du texte). Il a déjà l’idée. Vous savez sûrement que Moriarty était un grand mathématicien (d’où mes regards méfiants à tous mes collègues, parce qu’ils ont tous l’air de génie du crime je vous l’assure), que sa thèse portait sur le binôme de Newton (chose que je n’ai jamais comprise car je pensais que Newton avait réglé le soucis mais d’après un autre livre que j’ai lu, Watson et Holmes de June Thomson, il aurait réussi à démontrer une formule pour toute puissance, ce qui me laisse dubitative car le triangle de Pascal dans ce cas-là (ainsi que les combinaisons et les factorielles d’ailleurs) je ne sais pas les écrire et je ne vois pas trop comment il a pu généraliser la formule)(quatre lignes de maths dans un article de lecture cela fait peur). Moriarty a aussi commis un autre traité : La dynamique d’un astéroïde qui ne nous est pas parvenu mais qu’à la l’époque personne n’avait compris mais tout le monde pensait que c’était brillant (comme beaucoup de choses en maths d’ailleurs).

Tout le diner va être sur ce que contenait ce fameux traité et je peux vous dire que à partir de mes faibles connaissances de la relativité, des lois de Kepler et de Newton, j’ai trouvé que tout était très bien documenté et surtout expliqué. Les Veufs Noirs font preuve d’une maîtrise de raisonnement fascinante. Leur repas ressemble à un brain-storming de génies et cela en est même stimulant pour le lecteur. Je ressors enchantée de cette lecture et franchement, j’aimerais trop faire partie du club des veufs noirs. C’est le type d’exercice que j’aimerais pouvoir faire mais que je ne peux pas faire parce qu’il faut un temps de réflexion après une remarque de quelqu’un. Ici pas de temps morts et je trouve cela fascinant.

Pour la petite histoire, Isaac Asimov est rentré aux BSI en écrivant un article sur le même sujet. Il n’a pas supporté que seuls les membres des BSI en aient la lecture : il en a fait une nouvelle !

Je peux vous dire que je me suis achetée le recueil d’Omnibus et je ne vais sûrement pas me priver de lire pour comprendre encore mieux cette nouvelle : découvrir quel est le rôle de Henry (qui ici résout le problème tout de même), qui sont ces veufs noirs, leurs caractères … quels sont les autres problèmes qui ont été soumis à leur sagacité …

Pour achever de convaincre Niki (et tous les fans d’Hercule Poirot), je cite une dernière réplique :  « Jaime Hercule Poirot. Je pense qu’il vaut une douzaine de Sherlock Holmes« .

Références

Le crime suprême d’Isaac ASIMOV dans le recueil Retour au club des Veufs Noirs lui même dans Les Veufs Noirs (Omnibus, 2010)

10 réflexions au sujet de « Le crime suprême d’Isaac Asimov »

  1. J’ai un recueil de nouvelles sur ce club des veufs noirs, qui en son temps avait été publié chez 10/18 mais je ne l’ai toujours pas lu !

    1. Il n’est même plus édité le recueil 10/18 🙂 Je ne sais pas encore si c’est bien puisque je n’en ai lu qu’une mais à mon avis, si les nouvelles sont toutes du même genre, je pense qu’il vaut mieux les lire une par une pour pouvoir suivre les raisonnements …

  2. mais oui, les veufs noirs, j’ai lu un 10/18 il y a un bout. Tes cellules grises vont aimer!
    Mais j’avais oublié cette histoire de Moriarty et du binôme de newton…

    1. Je me disais pourtant que tu pourrais m’expliquer. Quelle thèse peut-on écrire sur la formule du binôme de Newton ? Je n’ai pas fait d’histoire des mathématiques mais je trouve pas ça très cohérent. D’un autre côté, je n’ai pas lu le papier original de Newton.

  3. J’adore les Veufs noirs! Je n’en ai chroniqué qu’un tome sur mon blogue mais je les ai lus et relus étant plus jeune! Ça me plaisait bien 🙂

  4. c’est donc noté pour moi aussi – même si jusqu’à présent je n’ai pas fort accroché à asimov moi non plus … (ciel ! suis-je snob ?) 😀

    1. @ Niki : moi, je ne l’ai même pas lu. Je l’ai dans ma PAL et je pense que c’est un des derniers que je lirais. Si tu es snon, nous pourrons monté un club ; il faut voir le bon côté des choses.

  5. Je voulais les lire aussi parce que j’ai bien aimé le premier volume de Fondation (je n’aime pas plus la science-fiction que toi, mais de temps en temps ça ne me dérange pas), et ce que tu dis me donne encore plus plus envie, sauf peut-être cette historie de Newton parce que moi et les math … mais bref voilou 🙂

    1. @ Matilda : cela doit être le premier tome de fondation que j’ai. Pour t’épargner des souffrances inutiles, il ne parle pas de binôme ici mais de son deuxième traité et là c’est de la physique dirons nous. Enfin bon il y a débat : il a peut être traité le truc en mathématiques pures mais bon part du principe que c’est de la physique. Et puis c’est bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.